Dimanche 14 août 7 14 /08 /Août 15:30

 

 

L'exposition qui se déroule tout l'été au musée Nicéphore Niepce de Chalon-sur-Saône extrait des collections une sélections d'albums de famille. Comment en deux salles résumer l'histoire de la photographie familiale sans tomber dans les travers de l'évolution technique (à laquelle sont largement consacrées les collections permanentes) ou de l'anecdotique ? Le défi est efficacement relevé, en toute simplicité. Une dizaine de vitrines thématiques présentent des albums de photographies familiaux, s'échelonnant du dernier quart du XIXe siècle aux années cinquante et soulignant quelques thèmes et tendances.

 

images-stories-img_expositions-albums_2011.15-350x185.9375.jpg

 

Les premiers albums apparaissent dans les milieux bourgeois dans les années 1860. Leurs épaisses pages étaient alors prédécoupées en plusieurs cases, dans lesquelles on glissait les photographies, au format normalisé appelé « carte de visite ». La mode de la photo-carte a perduré au-delà des années 1900. Il s'agit alors presque essentiellement de portraits individuels, toujours pris chez un photographe, parfois agrémentés d'accessoires. Les décors d'intérieurs servant de décor aux clichés n'ont donc aucun rapport avec le cadre de vie dans lequel évoluaient les modèles, souvent parés de leurs plus beaux habits pour aller se faire tirer le portrait. Dans les albums se trouvent rassemblées plusieurs générations, généralement classées par ordre vaguement chronologique... peu de personnes extérieures à la cellule familiale y apparaissent (des nourrices par exemple). Parfois quelques amis ou personnalités historiques dont on achetait les photos cartes en magasin.

 

images-stories-img_expositions-albums_2005.208.25.1-350x242.jpg

 

Dans la première moitié du Xxe siècle, les albums se diversifient : évolution des techniques et variété des formats engendrent des compositions plus originales. Certains découpent les photographies pour élaborer de véritables compositions géométriques. Les thèmes évoluent également, favorisés par la multiplication des appareils portatifs : aux portraits de groupes jadis fixés par un photographe professionnel (mariages, groupes sociaux divers) pour lesquels chacun prend la pose, s'ajoutent désormais des scènes de vie quotidienne (en intérieur ou en extérieur) plus ou moins prises sur le vif, ne nécessitant plus les interminables temps de pose d'autrefois (scènes de villégiature en bord de mer par exemple). Si les événements ponctuant la vie familiale constituent toujours des occasions privilégiées de se faire photographier, seuls les moments heureux sont retenus : naissances, mariages, réunions de famille, fêtes et spectacles privés... tandis que le tragique est banni de l'imagerie familiale, comme pour s'en préserver. Ainsi les portraits de défunts (comme on en réalisait auparavant) ou les funérailles disparaissent presque totalement des albums de famille après les deux guerres.

 

 

Le visiteur pourra être particulièrement attentif aux manières de légender les albums de famille. En effet, en deux générations, un album muet perd toute son historicité... et parfois, on connait mieux le nom de la bonne (dont le patronyme est donné) que l'identité de « grand-mère » dont on se sait de qui elle était la grand-mère, ce que seule une enquête approfondie pourra déterminer. Au-delà de l'inscription systématique des noms, dates et lieux sous les clichés, certains se sont amusés à ponctuer leurs présentations d'anecdotes ou de plaisanteries. Un album comporte même une astucieuse « table des matières » reprenant le numéro de chaque cliché, et indiquant à côté lieux, dates et personnes représentées. Reste à espérer que jamais les photos ne soient sorties de leurs coins et mélangées... une légende au dos de la photographie étant toujours plus sûre.

 

Peut-être que cela donnera à certains l'envie de se replonger ses vieux albums ou d'interroger ses grands-parents avant qu'il ne soit trop tard... voire d'entamer une enquête généalogique pour tenter d'identifier les membres de la famille qui peuvent encore l'être, devenus visages anonymes. N'hésitez pas à ce sujet à nous demander conseil (stemmata@hotmail.fr).

 

 

 

A déplorer : en l'absence de catalogue d'exposition, un "Petit journal" eut été bienvenu.


Informations pratiques :

Exposition « Albums de famille – Images de l'intime »

Du 18 juin au 18 septembre 2011


Musée Nicéphore Niepce

8, Quai des Messageries 71100 Chalon sur Saône
03.85.48.41.98


www.museeniepce.com

Par Stemmata - Publié dans : Photographies anciennes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • Archéologie familiale - L'histoire de nos ancêtres à travers les objets de famille
  • : Archéologie familiale - L'histoire de nos ancêtres à travers les objets de famille
  • : L'évolution des objets quotidiens, lieux, habitats, vêtements, portraits et photographies, bijoux, papiers de famille, arts ménagers, outils... nous en disent long sur les modes de vie et sur l'histoire de nos ancêtres. Ce blog leur est consacré.
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus